Culture à Villejuif
Jaidess NousS

Ce texte de Guillaume du Souich, de son nom d’artiste Jaidess NousS, nous invite à une réflexion à ce que la culture peut nous apporter collectivement et d’abord localement, pour proposer et réaliser « un après » que nous imaginons chacun en ce moment dans l’antre de notre confinement.

« Culture » à Villejuif

Pourquoi parler de « Culture » à l’échelon municipale, la « Culture » est-ce uniquement des institutions, des informations possédées par certains, un savoir particulier qui permet de se distinguer au sein de la collectivité, un outil pour discerner des courants dans le tumulte des siècles et les manifestations des uns et des autres ?

Pas du tout, la « Culture » est le moyen de se cultiver, c’est-à-dire d’augmenter sa capacité d’agir ; de faire de sa créativité un facteur d’empuissantement de sa vie individuelle et de la vie collective. Se cultiver, c’est vivre la « Culture » comme une forme de pratique de soin de soi, d’exercice de sa compréhension, c’est aiguiser son esprit et son regard donc se faire du bien. Se cultiver, c’est une forme d’éducation populaire et autonome qui permet de s’épanouir et de découvrir des outils de résolution. De l’observation et de la recréation, intrinsèques à l’analyse d’une production artistique, découlent des schémas de construction de mécanismes d’opportunités. Là où il y a difficultés et potentialités de destruction, dans une dynamique conflictuelle qui s’imposerait par l’immobilisme des consciences, la « Culture » développe des ressources immatérielles qui transforment les données.

« L’Art est bien le premier instituteur des peuples »[1]

« L’Art est un acte et non une chose, l’Art est la synthèse de quelque chose »[2]

La « Culture », c’est la gymnastique pratique de l’inattendu qui met le chaos de la vie en mouvement dans la conscience humaine et lui ouvre des perspectives de métamorphoses ; s’approchant ainsi d’harmonies, du bonheur pour chacun de vivre en humanité.

Poser ainsi, cela apparait non plus comme une occupation futile, un marqueur social, et bien plus sûrement comme un vecteur de citoyenneté positive, un facteur d’émancipation. Dans ces conditions c’est bien du ressort de la vie locale que de mettre à disposition les moyens de gagner en expérience dans cette habilité. C’est une mission fondamentale pour une municipalité que de rendre ce service à ses habitants, consistant à leur apporter des structures pour exercer leurs capacités de création, affuter leurs capacités d’analyse à travers la connaissance de l’Art et des pratiques artistiques qui font « outils de Culture » et donc capacité à se cultiver.

Le contexte actuel renforce encore l’importance stratégique de l’action publique dans ce domaine face aux bouleversements de nos modes de vie, de notre consommation, de notre production, de notre organisation sociale. Des bouleversements inhérents aux choix collectifs que font peser les conclusions de la frénésie hyper-productiviste qui a caractérisé la fin du millénaire précédent et le début de celui-ci. Face à cette réalité globale et à ses conséquences locales, la dynamique « penser global, agir local, penser local, agir global » devient une nécessité pour que notre société ne sombre pas dans le conflit social, la ségrégation et la violence. Inventer ensemble les voies des choix enviables pour la collectivité demande aujourd’hui de s’accorder de façon à bâtir une concorde civile à l’usage de l’à venir. Ces façons tiennent et peuvent avoir lieu là, comme nulle part ailleurs, dans la capacité de métamorphose que la pratique culturelle recueille dans ces espaces de production. Ces lieux ont besoin d’être multipliés, ces acteurs reconnus et légitimés pour que le processus puisse se réaliser.

Pendant l’entre temps du « confinement », chacun dans son antre intérieur a ruminé un après dont le bilan ne saurait être fait dans l’isolement pour être bénéfique. Chacun a vécu dans cette épreuve l’âpre constat des difficultés actuelles et des défis de l’avenir, se penchant sur le présent dans un rythme propice à penser la situation. Les observations de tous ont nécessairement vocation à être collectées sans à priori pour faire place à une écoute en pleine conscience qui est profondément liée à notre potentiel collectif de produire un résultat inattendu et un futur désirable. La possibilité des jours heureux…

Dès à présent il est de notre responsabilité individuelle et collective de s’investir de façon à conserver ce temps et ces considérations pour cultiver l’attitude qui dans un cadre partagé donnera lieu à cette œuvre commune qu’est la détermination d’une énergie culturelle pour faire bouger l’état de fait, activer ses principes essentiels. Rompre la stigmatisation de la « distanciation sociale », malgré les contraintes spatiales imposées par les mesures hygiéniques, et se réunir dans des assemblées populaires afin d’échanger est un espace nécessaire pour « sortir » dans de bonnes conditions. Être membre de l’équipe « Ensemble pour Villejuif écologique et solidaire » se traduit forcément par des actes dans ce sens,en aidant à la concrétisation de ce type d’événements de façon constructive. C’est ce à quoi invite une « Culture » qui assume ce rôle de liant et qui est cultivée localement à Villejuif.


[1] Hegel

[2] Jean Paul Sartre

Fermer le menu